ActualitésFedora 19 "Schrödinger's cat" disponible en version finale

Avatar de l’utilisateur
leni
Administrateur
Administrateur
Messages : 1599
Inscription : 03 avr. 2013, 20:57
A remercié : 178 fois
A été remercié : 417 fois
Genre :
Zodiac :
Âge : 38
Contact :
Belgium

Fedora 19 "Schrödinger's cat" disponible en version finale

#1

Message par leni » 03 juil. 2013, 16:08

Fedora 19 "Schrödinger's cat" disponible en version finale

Open Source : Nouvelle version et beaucoup de nouveautés pour l'une des distributions GNU / Linux les plus populaires. Spoiler : pas de blagues sur le nom.

Le projet communautaire Fedora vient de distribuer la dernière version de sa distribution GNU / Linux. Initiative soutenue par Red Hat, Fedora arrive en version 19, baptisée "Schrödinger's cat". Elle est disponible au téléchargement sur le site de la distribution.

Pour gagner du temps, nous vous épargnerons l'énième blague sur le chat de Schrödinger. Ceux qui ne saisissent pas la référence peuvent aller faire un tour sur la page Wikipedia dédiée à la célèbre expérience d'Erwin Schrödinger.

Pas de blocage avec le Secure boot

Les autres pourront récupérer une image ISO de différentes versions : 32 ou 64-bit, avec environnement de bureau GNOME, KDE, Xfce ou LXDE. Comme le note ZDNet.com, des versions d'installation en réseau ou DVD existent. Toutes les images peuvent facilement servir à créer une clé USB amorçable.

Notons tout de suite que les utilisateurs d'ultrabooks conçus pour Windows 8 ne seront pas bloqués par l'UEFI, puisque son système de démarrage sécurisé est pris en charge par Fedora. Chez notre confrère américain, James Watson est parvenu à l'installer et à démarrer directement sur Fedora, mais n'a pas testé l'installation avec Secure Boot activé.

Au premier démarrage, l'utilisateur de Fedora 18 ne sera pas perdu puisque l'installeur Anaconda, légèrement retouché, est conservé et reste fidèle à lui-même :
anaconda-620x336.png
L'une des principales nouveautés de cette nouvelle mouture d'Anaconda réside dans la présence de l'option Network Configuration directement dans l'écran d'accueil de l'installeur. Rien de bien dérangeant, et cette intégration semble même plus logique que l'écran séparé prévu dans la version 18 de Fedora.

Ensuite, la communauté qui maintient la distribution a revu l'outil de partitionnement du disque dur, l'améliorant pour rendre plus aisée son utilisation. On y trouve une version quasi-automatisée du partitionnement, un assistant pour revoir facilement les partitions, ou un outil de modification manuelle :
diskoptions-620x430.png
L'installeur se base sur la version 3.9.5 du noyau Linux. Cependant, comme le note James Watson, des mises-à-jour disponibles au premier lancement du système permettent de l'upgrader jusqu'à la version 3.9.8. Pour le reste, l'environnement de bureau le plus fréquent sur Fedora, GNOME 3, est en version 3.8.2.1, avec sa barre de lancement rapide latérale.

Une icône de lancement rapide du menu d'application, assez proche de ce qu'on trouve sur Android par exemple, permet de voir les logiciels installés par défaut. Deux vues sont disponibles, pour voir les applications utilisées fréquemment, ou afficher tous les logiciels présents. De manière désormais traditionnelle, un champ de recherche permet également de taper quelques lettres pour trouver plus rapidement l'outil recherché.
fedora19apps-620x349.png
On trouve, parmi les applications installées par défaut :

le navigateur Firefox 22.0
la suite bureautique LibreOffice 4.1.0.1
le lecteur de musique Rythmbox 2.99.1
l'explorateur de photographies Shotwell 0.14.1
le lecteur vidéo Totem 3.8.2
le client BitTorrent Transmission
le client email Emulation
le client de messagerie instantanée Empathy.

Robuste, stable, simple

James Watson note que ses deux écrans, celui de son ordinateur portable et le moniteur externe, ont été parfaitement reconnus et configurés dès le premier démarrage, avec un "affichage étendu" appliqué par défaut. Ce n'est pas nouveau sur Fedora, mais c'est plutôt bon à noter dans le panorama des distributions GNU / Linux.

Pour le reste, pas de Java ni d'Adobe Flash Player. Fedora s'en tient à sa ligne de conduite, qui exclut les paquets propriétaires par défaut. De la même manière, les possesseurs de cartes graphiques AMD/ATI et nVIDIA n'auront pas les pilotes propriétaires par défaut, et leur installation, si elle est possible, peut ne pas être une partie de plaisir.

La communauté Fedora, assez active, est cependant une bonne source d'assistance pour se débrouiller de la plupart des situations épineuses, que ce soit dans la documentation ou les forums. Et en cas de difficulté plus pointue, elle dispose d'un bon nombre de canaux IRC, même si la plupart sont en anglais.

Au final, les conclusions de James Watson sont claires : "Cette version est à peu près tout ce que l'on peut attendre de Fedora - robuste, stable, simple à installer et à utiliser."

Par Antoine Duvauchelle
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.


Leni wistiti

Répondre

Revenir à « Actualités »